Paul M ecrit

29 mai 2019

Faire les fêtes de Catane

Les fêtes, festivals et événements incontournables et insolites à ne pas manquer sur votre itinéraire en Sicile. Fête de Sant’Agata (sainte Agathe) à Catane C'est la plus importante fête de Catane. Pendant quelques jours aux alentours du 5 février, la ville célèbre sainte Agathe, vierge et martyre, par une procession aux flambeaux appelée de la luminaria. Un cortège arrive à l’église San Biagio, lieu où la sainte fut mise sur les charbons ardents pour avoir refusé d’épouser le proconsul Quinzino, préfet de Sicile. Le 4 février au matin, la procession des reliques commence, le char de la sainte patronne étant tiré par des fidèles vêtus du traditionnel sac blanc et béret noir en velours qui crient « Vive sainte Agathe ! ». La procession est accompagnée par les des candelore, des cierges démesurés. Enfin, le 5 février, jour de la Sainte-Agathe, une nouvelle procession est organisée, avec cette fois la châsse de la sainte. Onze cierges ouvrent le cortège. La tradition veut que l’on prépare des gâteaux aux amandes en forme d’olives (les « olivettes de Sainte Agathe »). La légende dit en effet qu’à l’endroit où la sainte fit halte pour lacer ses chaussures avant de se rendre à son procès, un olivier pousse aujourd’hui. Sainte Agathe, au IIIe siècle après J.-C., fut martyrisée par un proconsul romain qui lui fit couper les seins pour avoir refusé de céder à ses avances... Elle mourut le 5 février 251, et sa fête est célébrée depuis 1126, année où ses reliques furent rapportées de Constantinople. Sainte Agathe est de sortie de temps en tempos pour calmer les fureurs de l'Etna, et il paraît que ça marche ! Quand : du 3 au 5 février 2019 Site internet : Feste e Sagre in Sicilia Fiche destination : Sicile Carnaval à Acireale Après une grande parade d'ouverture, si le défilé de chars et grosses têtes en papier mâché est intéressant, les défilés du soir sont superbes : un spectacle haut en couleur et lumières remplit les rues et les places du centre historique. À ne pas manquer ! Considéré comme l’un des plus beaux carnavals de Sicile, l’Acireale Carnevale trouve ses racines au XVIIe siècle. Il a évolué avec le temps, notamment avec l’introduction des poètes, du défilé de chars, de jeux populaires, de la course en sac et des compétitions gastronomiques. À partir de 1929, ce carnaval devient le plus spectaculaire de l’île pour ses constructions en carton-pâte, ses voitures en fleurs, ses masques allégoriques… Quand : du 23 février au 5 mars 2019 Site internet : Fondazione Carnevale di Acireale Fiche destination : Sicile Almond Blossom Festival (Sagra del Mandorlo in Fiore) à Agrigente L'un des grands événements folkloriques de Sicile. À l’occasion de la floraison des amandiers, la tradition veut que la fête de l’amandier en fleurs (Sagra del Mandorlo in Fiore) commence devant le temple de la Concorde par une marche aux flambeaux de l’Amitié, et qu'elle se termine devant le temple dédié à Hercule. Au même moment se déroule aussi le festival international du folklore, durant lequel des groupes folkloriques s’affrontent sur les bases de la danse, de la musique et de costumes traditionnels. A lire sur le site internet de l'Agence Séminaire en Italie.

Posté par paulmecrit à 15:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mai 2019

Trump vers la défaite

Rarement Donald Trump a paru reconnaître la défaite comme ce vendredi 25 janvier sur la pelouse du Jardin des roses à la Maison-Blanche. Au 35e jour du «shutdown», la mise à l'arrêt d'une partie du gouvernement fédéral faute de budget, le président a accepté le seul compromis offert par l'opposition démocrate, sans la moindre concession pour son «mur» sur la frontière mexicaine. Il a signé une mesure de financement temporaire qui permet de payer les fonctionnaires et de remettre l'administration au travail jusqu'au 15 février prochain. Le contexte a pesé dans la décision du chef de la Maison-Blanche de rendre, au moins temporairement, les armes. Ce vendredi marquait le deuxième jour de paye manquée (elle est bimensuelle) pour 800.000 fonctionnaires réquisitionnés ou mis au chômage technique. Signe de leur colère grandissante, l'Autorité fédérale de l'aviation avait dû suspendre une partie des vols dans plusieurs aéroports du fait de l'absentéisme des aiguilleurs du ciel, suivant celui des agents de sécurité. De même, 14.000 employés du fisc refusaient l'ordre de travailler sans salaire. «Nous avons de très bonnes idées sur la façon de sécuriser la frontière», a dit vendredi la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi. Mais «on ne négocie pas en prenant les Américains en otages, espérons que le président a retenu la leçon», a lâché son compère au Sénat, Chuck Schumer. Avec le retour à la normale, Donald Trump doit être réinvité à prononcer son discours annuel sur l'état de l'Union au Capitole «à une date à convenir». Du perchoir, «Madam speaker» est sûre de l'y toiser.

Posté par paulmecrit à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2019

Dans le ciel

Dans la famille Expérience originale, la semaine dernière, j'ai effectué un vol en hélicoptère. Pour le faire, je suis allé à. L'expérience très agréable et très différente du voyage en avion. Première surprise, on dispose de plus d'espace dans un hélicoptère que dans un avion. l'équipe fournit un casque mais il n'est pas obligatoire. Seulement, il est indispensable d'en mettre un si vous voulez entendre ce que vous dit le pilote : avec le boucan qu'il y a à bord, vous devriez s'époumoner comme un âne pour se faire entendre. En ce qui concerne les sensations, en revanche, le vol s'avère bien plus doux qu'à bord d'un avion. En fait, je ne me suis pas rendu compte tout de suite que l'appareil avait déjà décollé ! Pendant le vol, les secousses étaient très discrètes J'ai déjà fait des vols en avion qui étaient beaucoup plus rudes. Au final, on en oublie vite l'hélicoptère pour admirer le décor. Clairement, c'est vraiment là l'intérêt de ce vol est sans conteste dans la vue. Découvrir le monde depuis un hélicoptère est une expérience grandiose. Je connaissais déjà le lieu, mais je l'ai vraiment redécouvert en la contemplant depuis les airs. Le monde devient une miniature,, et les voitures ressemblent à des fourmis. Surtout que l'hélicoptère est conçu de bout en bout pour admirer le paysage. Il y a en effet des vitres de chaque côté !  Le seul défaut de cette expérience, au final, c'est que les photos qu'on peut prendre depuis la cabine sont bien ternes, en comparaison de ce qu'on voit vraiment. Si vous réalisez un jour un vol en hélicoptère, que ce soit à l'aérodrome ou ailleurs, ne perdez pas votre temps à prendre des photos à tire-larigot. D'une part, le résultat vous décevra grandement, mais en plus vous vous n'aurez pas profité pleinement de votre expérience. A lire sur le site internet de cette expérience de vol en hélicoptère.

helico9

Posté par paulmecrit à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2019

L’abus de données

Mark Zuckerberg a finalement rompu mercredi son silence sur l’abus de données sur la plate-forme de Cambridge Analytica, en promettant de redoubler d’efforts pour protéger la vie privée des utilisateurs après la révélation de la violation massive des données. Depuis vendredi, Facebook était sur la défensive après des informations selon lesquelles Cambridge Analytica aurait obtenu à tort des données sur 50 millions d'utilisateurs, informations qu'elle avait tenté d'utiliser pour influencer les élections américaines de 2016 et le référendum sur le Brexit. "Nous avons la responsabilité de protéger vos données. Si nous ne le pouvons pas, nous ne méritons pas de vous servir", a déclaré Zuckerberg dans un message publié sur le réseau social qu'il avait fondé. "J'ai travaillé pour comprendre exactement ce qui s'est passé et comment faire en sorte que cela ne se reproduise plus." Ne t'inquiète pas. Il y a de «bonnes nouvelles», selon Zuckerberg. "La bonne nouvelle est que les actions les plus importantes pour éviter que cela se reproduise aujourd'hui, que nous avons déjà entreprises il y a des années", a déclaré le PDG de Facebook, se référant à une règle de 2014 interdisant aux développeurs d'accéder aux données des utilisateurs. copains. La rupture Cambridge Analytica avant cela. "Mais nous avons également commis des erreurs, il y a encore beaucoup à faire et nous devons agir et le faire." Zuckerberg et le commandant en second de Facebook, Sheryl Sandberg, la directrice des opérations, ont été critiqués pour ne pas avoir été trop clairs en ne commentant pas publiquement plus tôt ou lors d'une réunion à huis clos mardi à Facebook. Son article sur Facebook décrit quelques mesures que l'entreprise prendrait pour protéger la confidentialité sur la plate-forme: Tout d'abord, nous étudierons toutes les applications ayant accès à de grandes quantités d'informations avant de modifier notre plate-forme afin de réduire considérablement l'accès aux données en 2014, puis nous procéderons à un audit complet de toute application présentant une activité suspecte. Nous interdirons tout développeur de notre plate-forme qui n’accepte pas un audit approfondi. ... Deuxièmement, nous limiterons encore davantage l’accès aux données des développeurs afin de prévenir d’autres types d’abus. Par exemple, nous supprimerons l'accès des développeurs à vos données si vous n'avez pas utilisé leur application depuis 3 mois. Nous allons réduire le données que vous donnez à une application lorsque vous vous connectez - uniquement votre nom, votre photo de profil et votre adresse électronique. Nous demanderons aux développeurs non seulement d'obtenir l'approbation, mais également de signer un contrat afin de permettre à quiconque d'accéder à leurs publications ou à d'autres données privées. ... Troisièmement, nous voulons nous assurer que vous comprenez quelles applications vous avez autorisé à accéder à vos données. Le mois prochain, nous montrerons à tout le monde un outil en haut de votre fil d'actualités contenant les applications que vous avez utilisées et un moyen simple de révoquer les autorisations de ces applications sur vos données.

Posté par paulmecrit à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2019

New York n'est pas faite pour les parents

Malaysia Goodson n'avait que 22 ans lorsqu'elle est décédée. Elle est tombée dans une volée d'escalier dans une station de métro de Midtown Manhattan lundi soir et a été retrouvée inconsciente et insensible à la scène, sa fille de 1 an - qui était restée en vie dans une poussette - à côté d'elle. À la date de jeudi matin, la cause de la mort de Goodson n’était toujours pas connue, bien qu’une porte-parole du médecin légiste de la ville ait écrit dans un courrier électronique qu’un état de santé préexistant semblait avoir contribué à sa chute. Quoi qu’il en soit, l’accident a attiré l’attention sur un problème que les défenseurs des droits des personnes handicapées de New York à San Francisco se disputent depuis des années: les systèmes de transport en commun du pays offrent peu d’hébergements à ceux qui ont du mal à naviguer dans la ville où ils résident, pour quelque raison que ce soit. Peut-être que quelqu'un a une maladie musculo-squelettique qui le contraint à se mettre en fauteuil roulant ou un problème de santé mentale qui rend difficile le déplacement en toute sécurité peut-être une personne est aveugle ou sourd ou se sentir simplement off. Peut-être que quelqu'un est un ouvrier chargé de transporter des colis encombrants ou un voyageur désorienté trimbalant une grande valise. Peut-être que le navetteur est un parent, comme Goodson, qui doit simplement voyager d'un point A à un point B avec un bébé dans une poussette. «Ma fille [a commencé à prendre le métro] à l’âge de deux jours - c’est typique, c’est normal à New York», déclare Danny Pearlstein, directeur des politiques et de la communication du groupe de défense des usagers, Riders Alliance. «Et chaque fois, c’est une lutte pour nous [parents]… La crise de l’inaccessibilité est une crise invisible.» Goodson est mort dans la station bondée de la Seventh Avenue, une plaque tournante qui relie Midtown au Bronx, à Brooklyn et au Queens, a déclaré Pearlstein. Comme avec environ les trois quarts des près de 500 stations de métro de la Metropolitan Transportation Authority, l’arrêt Seventh Avenue ne dispose pas d’ascenseur. Pendant ce temps, de nombreux ascenseurs existants sont dysfonctionnels ou souffrent autrement selon le New York Times, de conditions difficiles, allant d’espaces restreints à des endroits peu pratiques, qui dissuadent les gens de les utiliser. Une étude menée par des professeurs de l'Université de New York, notamment Sarah Kaufman, spécialiste des transports, a révélé que chacun des ascenseurs existants du métro de la ville de New York tombe en panne en moyenne 53 fois par an. En réponse à l’accident de lundi, de nombreux responsables de la ville, dont le maire Bill de Blasio, ont déploré les circonstances et ont appelé à une réforme. Le Gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui détient une partie de l'autorité sur le MTA et contrôle une grande partie de son financement, a également condamné l'accident: «100% des personnes interrogées pensent que l'accessibilité accrue doit être une priorité. Des milliards de dollars en fonds de capital nécessaires pour le MTA », m'a déclaré Patrick Muncie, un porte-parole de Cuomo, dans un communiqué. L’accessibilité limitée de la MTA fait l’objet d’une action en justice dont le les plaignants comprennent un groupe d'organisations de défense des droits des personnes handicapées et le ministère de la Justice; La poursuite soutient que la MTA est en violation de la loi américaine sur les droits de la personne, adoptée par la loi américaine relative aux droits des personnes handicapées, il y a près de 30 ans, qui interdit la discrimination fondée sur un handicap. L’ADA exige que les établissements publics offrent des «aménagements raisonnables» aux personnes présentant un état physique ou mental qui «limite considérablement une ou plusieurs activités majeures de la vie». En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste réputé de l'organisation du voyage entreprise à New York.

Posté par paulmecrit à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2019

Zuckerberg ne démissionnera pas

Mark Zuckerberg veut rester à la tête de son empire. Le patron de Facebook, très critiqué, a déclaré mardi 20 novembre ne pas vouloir démissionner de son poste de président du conseil d'administration. "Ce n'est pas prévu", a simplement indiqué Mark Zuckerberg sur la chaîne CNN Business quand il lui a été demandé s'il envisageait de renoncer à sa place de président du conseil d'administration. Il a également défendu la numéro deux de l'entreprise, Sheryl Sandberg, qui a été vivement critiquée pour sa gestion des crises récentes de l'entreprise. « Sheryl est vraiment un élément important de cette entreprise et mène beaucoup d'efforts pour les nombreux enjeux auxquels nous faisons face », a expliqué le PDG de Facebook. « Elle est une partenaire importante pour moi depuis 10 ans. Je suis vraiment fier du travail que nous avons accompli ensemble et j'espère que nous travaillerons ensemble dans les décennies à venir. » Le plus grand réseau social au monde, utilisé par plus de 2,2 milliards d'utilisateurs, a connu une année très difficile. L'entreprise doit d'abord encaisser les répercussions à la chaîne de l'ingérence russe sur sa plateforme dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Après les polémiques touchant à la modération et aux fausses nouvelles en 2017, Facebook a été éclaboussé en mars dernier par le scandale Cambridge Analytica. Il a été accusé de laxisme pour avoir permis à ce cabinet d'analyse de mettre la main sur les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs Facebook à des fins politiques. Fin septembre, le réseau social a connu son plus grand piratage, avec 50 millions de comptes touchés. Dernière révélation en date : le New York Times a publié mercredi dernier un article selon lequel la directrice adjointe Sheryl Sandberg et Mark Zuckerberg auraient ignoré les signes que Facebook pouvait être "utilisé pour entraver des élections (...) et inspirer des campagnes haineuses et meurtrières autour du globe". Quand ces signes se sont vérifiés, ajoutait le journal, les dirigeants du réseau social ont cherché à dissimuler cela au public. Selon le quotidien américain, Facebook aurait également eu recours à une entreprise de relations publiques, Definers, pour discréditer ses concurrents afin de détourner la colère populaire à son égard. « La véracité de cet article n'est pas du tout évidente pour moi », a réagi Mark Zuckerberg auprès de CNN. « Beaucoup des choses qui étaient dans cet article, nous en avions parlé avec les journalistes en amont et leur avions dit que de tout ce que nous avions vu, ce n'était pas vrai et ils ont décidé de le publier malgré tout. » « Il y a des problèmes importants, je ne dis pas qu'il n'y en a pas... » a admis le dirigeant, avant de regretter cependant que l'accent soit mis sur eux.

Posté par paulmecrit à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2019

Des robots à Barcelone

Enfin. Ca a exigé du temps et on croyait ne jamais les voir de notre vivant, mais enfin, les robots entrent dans nos vies. Ils défilent, communiquent, interprètent les émotions humaines. Et ce n'est là que le préliminaire ! Dans un avenir très proche, ils vont faciliter la vie des handicapés, servir les ouvriers, mitonner de bons petits plats avec nous (ou, en ce qui me concerne, pour moi). Lundi dernier, j'ai même participé à un symposium à Barcelone où il n'était question que d'eux, des renversements qu'ils s'apprêtent à produire dans nos vies. Le thème de ce symposium touchait plus particulièrement la mise en oeuvre de la collaboration Homme-Robot et ses implications, aussi bien dans le milieu industriel que dans le secteur de la robotique de service. Le symposium ne s'occupait pas des développements technologiques spécifiques (d'autres travaillent sur cette question) : la problématique était surtout examinée sous l'angle du facteur humain et de la conduite du changement dans les processus industriels. A cet égard, j'ai pu constater une chose intéressante : j'ai découvert qu'un mouvement capital s'est accompli dans les consciences. En effet, les robots ne sont plus pensés comme des successeurs, mais comme des coéquipiers à part entière. Il n'est ainsi plus question de robots (qui signifie « esclave »), mais de robots humanoïdes collaboratifs (qu'on nomme aussi cobot). La robotique collaborative consiste à penser les robots non en tant que travailleurs autonomes mais afin qu'ils travaillent en présence et en partenariat avec l'homme. Cette participation d'un nouveau genre impose par conséquent une intelligence embarquée, s'appuyant sur les capteurs internes du robot, et exige aussi que le robot soit compliant, c'est-à-dire que ses mouvements soient élastiques, inoffensifs pour l'homme. La robotique collaborative captive actuellement la quasi-totalité des acteurs industriels. L'adaptabilité, la sûreté et la productivité des robots collaboratifs en font des outils qui permettent l'automatisation de tâches peu ou pas robotisées actuellement. La robotique collaborative est en définitive la deuxième vague de robotisation des entreprises, et sans doute l'axe central de l'usine du futur. En tout cas, les années qui viennent vont être passionnantes à vivre. Les robots vont devoir convaincre et s'imposer, et les réactions promettent d'être vives. Mais ce symposium a suffi à me convaincre. Et je suis certain que d'ici quelques années, nous aurons tous un Mabu à notre travail pour nous assister dans nos activités. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur ce séminaire à Barcelone qui est très bien rédigé sur ce thème.

Posté par paulmecrit à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2019

Voyager enceinte

Notre politique de vol pendant la grossesse prend à la fois en compte le stade de la grossesse et l'état de santé de la passagère. Pour les vols long courrier en particulier, même les passagères en bonne santé sont invitées à obtenir l'approbation de leur médecin. Nous nous appuyons sur les renseignements fournis par la passagère concernant le stade de la grossesse. Pour cette raison, il est extrêmement important que nos passagères nous fournissent les informations correctes à ce sujet. Les passagères qui n'ont pas encore entamé leur 28e semaine de grossesse sont en mesure de voyager sans certificat médical. Les femmes enceintes d'un seul enfant et qui se trouvent entre le début de la 28e et la fin de la 35e semaine de grossesse peuvent voyager avec un certificat médical contenant la déclaration suivante : « There is no particular reason for the patient not to fly » (Il n'existe aucune raison particulière empêchant le patient de voyager en avion). De même, le même certificat est nécessaire pour les femmes enceintes de plusieurs bébés et qui se trouvent entre le début de la 28e et la fin de la 31e semaine de grossesse. Indépendamment de tout certificat médical, nous n'autorisons pas à bord les femmes enceintes d'un seul bébé entrant dans leur 36e semaine de grossesse ou l'ayant dépassée, ni les femmes enceintes de plusieurs bébés entrant dans leur 32e semaine de grossesse ou l'ayant dépassée. Nos conseils pour voyager pendant la grossesse - Veuillez vous faire examiner par votre médecin et prendre note de tout conseil qui vous est ainsi fourni concernant les vols de longue durée. - Choisissez la classe Business pour les voyages transatlantiques. L'espace supplémentaire vous permettra de bouger les jambes plus facilement, éliminant ainsi le risque de problèmes de circulation sanguine. - Voyagez avec un compagnon et assurez-vous qu'il soit muni des coordonnées de votre médecin. - Pendant le vol, buvez beaucoup d'eau et évitez les boissons favorisant la déshydratation comme le thé et le café. - Marchez régulièrement à bord de l'avion, surtout pendant les vols de longue durée, ceci afin d'augmenter la circulation sanguine. - Pensez à choisir des sièges côté couloir lors de l'enregistrement, pour pouvoir vous rendre plus facilement aux toilettes. - Assurez-vous de vous munir de tous les certificats de votre médecin liés à votre santé. Si vous partez à l'étranger, assurez-vous que ces certificats soient en anglais. Avant de partir en voyage, prenez note des coordonnées du centre de soins le plus proche de l'endroit où vous séjournerez. - Pour réduire les effets du décalage horaire, évitez d'utiliser des somnifères.

Posté par paulmecrit à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2018

Trump veut quitter la Syrie

Comme la plupart des conseillers à la sécurité nationale de Trump, des responsables du Pentagone et des diplomates américains, McGurk a exprimé son désaccord ouvertement avec l’affirmation récente du président selon laquelle l’État islamique aurait été vaincu. En dépit d’énormes pertes de territoire en Syrie et en Irak, l’État islamique reste une menace pouvant potentiellement se regrouper et ressurgir, affirment McGurk et d’autres. "Il serait imprudent de dire:" Le califat physique est vaincu, nous pouvons donc partir maintenant ", a déclaré McGurk lors d'une réunion du département d'État tenue le 11 décembre." Tous ceux qui se sont penchés sur un conflit comme celui-ci cela serait d'accord avec ça. " Même lorsque disparaîtra le califat du groupe, a ajouté McGurk, "la fin de (Etat islamique) sera une initiative beaucoup plus à long terme. "Personne ne déclare une mission accomplie." Huit jours plus tard, Trump a annoncé par surprise qu'il retirait de la Syrie environ 2 000 soldats américains et autres personnels américains, déclarant que l'État islamique n'était plus une menace. "Nous avons vaincu ISIS en Syrie, mon seul raison d'être là pendant la présidence de Trump ", a tweeté Trump mercredi. Samedi, malgré la démission de Mattis et la condamnation quasi universelle par deux partisans de son geste pour la Syrie, Trump a continué à défendre sa décision. "Sur la Syrie, nous allions être là-bas pendant trois mois. C'était il y a sept ans. Nous ne sommes jamais partis", a-t-il tweeté. "Maintenant (l'État islamique) est en grande partie vaincu et d'autres pays, dont la Turquie, devraient pouvoir facilement prendre soin de tout ce qui reste. Nous rentrons à la maison!" Cette annonce a tenu une promesse électorale faite à maintes reprises par Trump lors de sa candidature à la présidence. Cependant, de nombreux experts du Moyen-Orient ont déclaré que la décision de Trump, en plus de permettre au retour de l’État islamique, conférait des victoires aux adversaires américains, dont l’Iran, la Russie et le président syrien Bashar al-Assad. Tous trois ont réalisé des gains militaires constants au cours des dernières années de la guerre civile syrienne. Le retrait américain récompense également l’alliée de l’OTAN, la Turquie, dont le régime autoritaire Le gouvernement s'oppose amèrement au soutien des États-Unis aux combattants kurdes en Syrie. Ces combattants ont été les partenaires les plus puissants de Washington dans la lutte contre l'État islamique et les forces d'Assad, mais la Turquie les considère comme une menace. La Turquie considérait depuis longtemps McGurk comme le principal champion américain de ces combattants kurdes, connus sous le nom de Forces démocratiques syriennes, et son départ sera probablement perçu par la Turquie comme une nouvelle victoire. McGurk a contribué à former une coalition fractionnaire contre l'État islamique, réunissant des groupes aux objectifs souvent contradictoires, y compris ceux soutenus par l'Iran, pour chasser les militants djihadistes de leurs capitales de facto, Mossoul (Irak) et Raqqa (Syrie).

Posté par paulmecrit à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]